LE COYOTE DE SENLIS

20 avril 2011

A PROPOS DU SCANDALE D'AVIGNON...

Ce communiqué sobre et fort du cardinal Barbarin...

 

« C’est une offense, une blessure profonde pour nous, surtout en cette Semaine Sainte, car elle touche Celui qui nous “a aimés jusqu‘à l’extrême”. Jésus nous a préparés : “Heureux serez-vous lorsqu’on vous insultera” et il nous demande : “Priez pour ceux qui vous persécutent.” J’espère que nous aurons assez de courage intérieur pour le faire. »

Et cette analyse pleine de sagesse et de lucidité d'une spécialiste de "l'art contemporain", Christine Sourgins.
" L’art contemporain cherche non pas la beauté mais le scandale et Piss Christ est emblématique à ce sujet : la photo diffuse une chaude lumière orangée,  qu’on pourrait qualifier de belle tant qu’on ignore la teneur de ce bain lumineux : urine agrémentée de sperme.

Voilà une beauté scandaleuse, l’équivalent du baiser de Judas, signe d’amitié au premier abord, trahison en réalité. La tension entre esthétisation et intention déviée, fait partie de la construction de l’œuvre comme piège, selon les principes de l’art dit duchampien.

Que Serrano se dise chrétien ne devrait donc tromper personne : on ne s’autoproclame pas chrétien tout seul, mais on rentre dans une communauté enracinée dans l’histoire, dans une famille ; cracher sur qui vous accueille n’est pas le meilleur moyen de se faire reconnaître.


Pourquoi ce goût du scandale ? Le but de l'exposition actuelle est de" faire événement", à tout prix, donc le carême est la période indiquée, de même la ville d‘Avignon, ville des Papes ! Car engranger des retombées médiatiques fait monter les cotes de l’art financier qui excelle à récupérer l’indignation. Voir l’exemple plus ancien de « La nona ora » de Cattelan, montrant Jean-Paul II écrasé par une météorite (un don du ciel !) : exposée en Pologne elle déclencha la colère des catholiques. En salle des ventes elle atteignit alors des sommes astronomiques…l‘œuvre avait«  trouvé  son public » sic.

 
 Les naïfs qui se sont attaqués à la photo, ont été les jouets du système sans le savoir. Ils s’apercevront vite qu’ils n’ont rien détruit du tout, car l’œuvre est conceptuelle, ce qui compte c’est l’idée. Et une photo appartient à l’ordre du multiple… il y a fort à parier que le Piss Christ va renaître encore plus prisé qu’avant. L’opération est en cours, Libération nous apprend que  le musée rouvrirait ses portes dès mardi matin avec les «œuvres détruites montrées telles quelles». C’est donc l’œuvre martyrisée (et une pièce voisine) avec les stigmates de l’agression qui sera exhibée. L’Œuvre sera christifiée, suivant les méthodes habituelles de l‘AC.

 

Récupération et discrimination

 En revanche, cet acte violent va être récupéré par le politiquement correct pour diaboliser tous les chrétiens blessés par Sérrano. Et tout futur protestataire sera suspect d‘intégrisme. Avant même de connaître l’identité des meneurs, la presse dénonce « un commando catholique » , terme militaire qui permet de mettre tout le monde dans le même sac, avec les islamistes. Pourtant les différences avec l’affaire des caricatures de Mahomet sont criantes. En Avignon, les protestations ont été pacifiques, puis, devant l’insensibilité des organisateurs à sa souffrance un petit groupe désespéré est passé à l’acte (NB, s’il s’agissait de « jeunes » commettant des exactions en banlieue, le politiquement correct leur trouverait toutes les souffrances existentielles, tous les désespoirs, toutes les excuses possibles …).

Mr Yvon Lambert n’a pas fatwa sur sa tête… mais il crie à la persécution : «Je suis persécuté au téléphone. J’ai reçu 30 000 mails, je n’exagère pas, 30 000 mails des intégristes (…) Cette ignorance, cette intolérance. C’est le Moyen-Age qui revient à grand-pas». Que lui, Lambert Yvon, ait fait violence aux consciences chrétiennes ne l’effleure pas un instant. C’est un homme de l’Art financier donc il est innocent des blessures infligées aux âmes car celles-ci ne sont pas quantifiables en monnaie sonnante et trébuchante, donc le dol n’existe pas. De même, ne lui dites surtout pas qu’il faisait de la provocation : montrer cette photo en Avignon, en temps de carême, relève juste d’une bonne stratégie de com. Mais qu’on ait troublé sa quiétude de business man, d’homme qui fait la seule chose en ce monde qui compte, du fric, voilà qui est intolérable ! Que le Christ ait sorti manu militari (mais sans blesser personne) les marchands du Temple, ne doit pas lui rendre sa religion sympathique non plus. Car le Temple, le seul, le vrai, c’est le Marché  (« la main invisible du marché » censée tout réguler dit bien qui est le Dieu providentiel de notre sainte laïcité….)


Les manieurs de marteaux auraient mieux fait de manier un argument que le Politiquement correct peut encore entendre : celui de la discrimination. La fondation Lambert ferait-elle la même chose avec une étoile jaune ou un coran ? On peut en douter : l’Art dit contemporain pratique la discrimination sans vergogne.

 

Double langage et escamotage

L'AC pratique aussi le double langage, audible dans la réaction fort prévisible du ministre de la culture : Frédéric Mitterrand a condamné une «atteinte à un principe fondamental, la présentation de ces œuvres relevant pleinement de la liberté de création et d’expression qui s’inscrit dans le cadre de la loi», tout en reconnaissant que «l’une des deux œuvres pouvait choquer certains publics». Il n’est pas sûr du tout qu’une œuvre qui bafoue la croyance et la sensibilité d’un nombre considérable de citoyens soit légalement exposable, surtout avec le montage financier qui est derrière, d’où la concession sur « pouvait choquer » alors que cela a bel et bien choqué, c‘est avéré.

 

Ce qui est escamoté, c’est le débat qui agita aux Usa, non pas comme il est rapporté faussement uniquement les "extrémistes américains". Car cette œuvre de Serrano qui date de 1987 avait en Amérique provoqué les « guerres culturelles » : une affaire nationale qui posa un problème politique devant le Congrés. Les USA, à la suite d’un procès qui dura presque dix ans, répondirent que la puissance publique ne pouvait pas financer des expositions blasphématoires ou choquantes avec l’argent du contribuable. Ce qui est pour beaucoup, chrétiens ou pas, l’aspect le plus choquant de l’affaire Piss Christ en Avignon. Dans une démocratie, c’est par procès que doit se régler ce genre de litige, précédé par un débat contradictoire et loyal.

Celui-ci sera difficile à organiser car le double langage règne. Ainsi pour L’Observatoire de la liberté de création, émanant de la Ligue des droits de l’homme, qui a dénoncé «ces actes de vandalisme» et rappelé: «C’est au public de juger les œuvres, pas aux censeurs autoproclamés». Or le public qui pétitionne, proteste, défile…n’est pas pris au sérieux. Le public a droit de cité  uniquement s’il cautionne le choix des agents culturels au pouvoir. Sinon, il déchoit de sa qualité de public et devient censeur, grave injure.

 

 A l’intérieur de l’Eglise aussi le débat est mort-né, Mgr Rouet et quelques autres clercs ayant déjà donné leur bénédiction, écrivant ainsi le enième chapitre de la "trahison des clercs", pour reprendre le titre de Julien Benda. Parmi ces « clercs » figurent des intellectuels chrétiens qui fourbissent des arguments pour justifier Piss Christ.

 

 « Certes, la photo est réalisée avec un liquide ignoble, mais la belle lumière montre la puissance de la transfiguration « (sic) ! Voilà un argument de raisonneur, habile à jouer avec les mots mais incapable de voir ce qui est transfiguré : la banalité d’un objet proche de St Sulpice. Autre argument, avancé, paraît-il, par un philosophe : les secrétions corporelles, la sueur, la sanie, il y a du y en avoir lors de la crucifixion, alors pourquoi pas Piss-Christ ? Cette fois c’est la symbolique qui est perdue de vue par le raisonneur : tous les produits corporels n’ont pas même valeur, on est sauvé par l’eau et le sang, pas par l’urine qui est justement le liquide émis quand on a peur, ou qu’on crève de lâcheté. Or le Christ est mort par amour…

Que l’Art financier soit, en soi, une censure de tout art, de tout artiste différent de lui, nous entraînerait trop loin….et pourtant. Si cette censure féroce est si peu vue, c'est bien que l'Art officiel est un piège. Ne pas y tomber, nécessite un effort de compréhension et d'analyse, surtout parmi les chrétiens qu’ils soient tentés par les sirènes de l’art dit contemporain ou, au contraire, par une réplique musclée".

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Posté par dabro à 15:32 - Commentaires [0] - Permalien [#]

05 avril 2011

DEBAT SUR L'ISLAM ET LA LAÏCITE : REVENONS AU REALISME DES FAITS

Non. Contrairement à ce que l"on voudrait nous faire croire, toutes les religions ne se valent pas. Chacune a sa spécificité et c'est bien pour cela qu'elles sont diverses.

Les chrétiens distinguent soigneusement le temporel et le spirituel : Rendez à César ce qui est à César et à Dieu ce qui est à Dieu".

Les musulmans sont "soumis" au Coran. ( Islam signifie "soumission"). Pour le Coran, le spirituel, le politique et le droit sont une seule et même chose, issue du livre qu'ils considérent comme sacré et immuable. La "laïcité" de l'Etat qui ne pose aucun problème aux chrétiens est incompatible avec le Coran.

C'est un fait. Et il est toujours dangereux à terme de vouloir nier les faits.

Charlesdefoucauld24rwVoilà ce qu'écrivait le Bienheureux Charles de Foucault, qui a vécu sa vie religieuse en terre d'islam et y perdit la vie, à son ami René Bazin :

 

 

 

 

 

 

 

Des musulmans peuvent-ils être vraiment français ? Exceptionnellement, oui. D'une manière générale, non. Plusieurs dogmes fondamentaux musulmans s'y opposent ; avec certains il y a des accommodements ; avec l'un, celui du medhi, il n'y en a pas : tout musulman, (je ne parle pas des libres-penseurs qui ont perdu la foi), croit qu'à l'approche du jugement dernier le medhi surviendra, déclarera la guerre sainte, et établira l'islam par toute la terre, après avoir exterminé ou subjugué tous les non musulmans.

Dans cette foi, le musulman regarde l'islam comme sa vraie patrie et les peuples non musulmans comme destinés à être tôt ou tard subjugués par lui musulman ou ses descendants; s'il est soumis à une nation non musulmane, c'est une épreuve passagère ; sa foi l'assure qu'il en sortira et triomphera à son tour de ceux auxquels il est maintenant assujetti ; la sagesse l'engage à subir avec calme son épreuve; "l'oiseau pris au piège qui se débat perd ses plumes et se casse les ailes ; s'il se tient tranquille, il se trouve intact le jour de la libération", disent-ils ;

ils peuvent préférer telle nation à une autre, aimer mieux être soumis aux Français qu'aux Allemands, parce qu'ils savent les premiers plus doux ; ils peuvent être attachés à tel ou tel Français, comme on est attaché à un ami étranger; ils peuvent se battre avec un grand courage pour la France, par sentiment d'honneur, caractère guerrier, esprit de corps, fidélité à la parole, comme les militaires de fortune des XVIe et XVIIe siècles mais, d'une façon générale, sauf exception, tant qu'ils seront musulmans, ils ne seront pas Français, ils attendront plus ou moins patiemment le jour du medhi, en lequel ils soumettront la France"

(Bienheureux Charles de Foucaud, Lettre à René Bazin).

 

Posté par dabro à 15:29 - Commentaires [0] - Permalien [#]

03 mars 2011

C'EST PEUT ÊTRE BIEN DU SIMPLE BON SENS...

"La dictature, c'est 'ferme ta gueule' ; la démocratie, c'est 'cause toujours'."

Jean-Louis Barrault

Posté par dabro à 18:32 - Commentaires [0] - Permalien [#]

13 février 2011

DOUCEUR PROVENCALE

Voilà donc bientôt un mois que le Coyote a quitté Senlis. Il espère ni avoir laissé ni rancune, ni rancoeur. Certes, ses commentaires parfois trop acérés, parfois trop passionnés, ont pu déplaire ou dérouter. Blesser parfois. Usant tour à tour de la dérision, de la colère, dans sa quête de bon sens et d'intérêt commun il n'a pourtant jamais voulu être méchant.

Senlis a vécu des semaines et des mois de batailles acharnées. Le Coyote y a pris sa part. Il a aussi voulu réconcilier.

Posté par dabro à 23:08 - Commentaires [0] - Permalien [#]

25 janvier 2011

REALISME APAISE...

Bernard ZANZOURI qui avait constitué sa propre liste lors de ces élections municipales partielles vient de publier un communiqué qui a le double avantage de bien analyser ce qui s'est passé et d'appeler à la sérénité.

C'est donc très volontiers que j'en reproduis ici l'essentiel.

"Le 23 janvier, les Senlisiens ont élu Pascale Loiseleur  et son équipe  pour diriger les affaires de la commune.

Le score est indiscutable, l’écart est conséquent ( 55% pour Senlis alternative  et 33% pour la liste Aimersenlis) , l’échec de l’équipe précédente est sans appel.

Déjà, lors du premier tour, avaient été sanctionnés ceux qui ont pu apparaitre peu ou prou comme responsable de la situation chaotique que la ville subit.

·        Jean-Christophe Canter perdait 10% par rapport à 2008.

·        Christian Patria  faisait un très mauvais score et se retirait.

·        Ma propre liste faisait un score très faible.

Lors du second tour, les Senlisiens ont confirmé  et choisi d’ouvrir une autre voie.

Ils ont largement montré leur préférence pour des personnes nouvelles.

Mon équipe et moi-même sommes pleinement satisfaits de ce résultat et souhaitons que la ville retrouve son calme et  sache saisir les opportunités qui se présentent à elle.

Nous souhaitons ardemment le succès à cette nouvelle équipe, synonyme de succès pour notre ville.

Nous qui sommes engagés dans la vie associative et qui portons une ambition pour Senlis, nous restons disponibles  pour œuvrer à cette réussite.

Nous espérons également qu’une vie démocratique s’installe et que ceux que les Senlisiens ont écartés ne se complaisent dans un esprit de revanche ou dans des règlements de compte.

Nous y serions tous gagnants.

Bernard  Zanzouri"

Posté par dabro à 13:47 - Commentaires [1] - Permalien [#]

23 janvier 2011

PASCALE LOISELEUR ELUE

Mise à jour 24 janvier 12 H

La logique mathématique des résultats du premier tour a prévalu.

Une_femme_a_la_tete_de_la_cite_royale_mediumLa liste menée par Pascale LOISELEUR a obtenu 55% des suffrages exprimés et se trouve ainsi largement élue devant celle de Jean Christophe CANTER - 34% - et celle de Jean Marie MARIANI, 11 %.

Souhaitons qu'elle sache maîtriser cette très large victoire et prendre dès demain les décisions d'apaisement que les senlisiens attendent. Il s'agit en effet d'une victoire relative, la moitié des inscrits n'ayant pas participé au vote, ce qui traduit la persistance d'un malaise fort dans la ville. Il va donc être important pour les nouveaux élus de montrer dès demain, par des gestes forts et concrets, leur volonté d'apaisement et de réconciliation, dé réunification.

Plus personne ne doit se sentir exclu.

Cette victoire, traduit en effet une forte aspiration des habitants de Senlis à un renouveau paisible de la vie politique locale. Cet espoir ne doit pas être déçu.

Elle aussi est aussi celle du courage et de l'audace qui ont conduit Pascale Loiseleur et Véronique Bitar a dire non, avant le premier tour et après le premier tour, à une certaine forme de compromission politicienne qu'incarnait la liste Patria - Chardot - Bascher et ses alliances contre nature. 

Vient maintenant le temps d'affronter les dures réalités de la gestion quotidienne d'une ville. Ce n'est pas une mince affaire. Il y faudra encore du courage et de l'audace mais aussi de la patience, de la persévérance et un formidable esprit d'ouverture.

En souhaitant "bon vent " à la nouvelle municipalité, le Coyote veut aussi avoir une pensée pour Jean Christophe CANTER qui doit se sentir bien seul ce soir face aux conséquences des erreurs et maladresses de son début de mandat qui l'ont conduit à  devoir affronter à nouveau le verdict du suffrage.

La dignité voudrait que l'on fasse, pour une fois, mentir l'adage du "vae victis", ce qui ne semble pas avoir été tout à fait le cas à l'annonce des résultats.

La décence veut en tous cas qu'on laisse aujourd'hui la justice, puisqu'elle a été saisie, faire sereinement son oeuvre et dire le droit. Il faut pour cela que cessent les rumeurs, mises en causes et autres dénonciations. La présomption d'innocence est l'honneur du droit de notre pays.  Elle protège chacun d'entre nous. L'oublier serait ouvrir la porte à toutes les aventures.

Nota : La photographie est "empruntée" au Courrier Picard que nous remercions pour son indulgence...

 

Posté par dabro à 12:06 - Commentaires [2] - Permalien [#]

19 janvier 2011

SAVOIR VRAIMENT "TOURNER LA PAGE"...

"Tourner la page". nature_harde

Ce fut à peu près le seul slogan sensé de la liste Patria que les senlisiens ont logiquement éliminée dimanche dernier.

Ce slogan plein d'espoir et de bon sens, ne fut hélas qu'un slogan "marketingue", démenti par des actes inacceptables aux yeux d'une majorité des habitants de Senlis. Je n'y reviendrai pas. La sanction est tombée et ce n'est que justice. 

Tournons vite cette triste page des embrouilles politicardes et des combinaisons en tous genres... qui s'est terminée, comme prévu par un somptueux bal de dix cors !

Si je reprends ce slogan, ce n'est pas par nostalgie ! Tout au contraire. C'est pour suggérer à ceux qui restent de le mettre vraiment en pratique. Dans les faits. D'ici à dimanche. Et après dimanche.

Tournons la page des haines, des médisances, des soupçons, des murmures, des insultes, des calomnies et autres "révélations" destructrices aux fondements douteux.

Apaisons vraiment le climat de notre ville. Tout être humain a droit au pardon. Le temps du pardon est arrivé. 

Pour ceux qui croient, la paix est un don de Dieu. Pour tous, ceux qui croient comme ceux qui ne croient pas, elle est le fruit de la raison qui respecte la dignité de l'homme en ce qu'il n'est pas qu'un animal. La guerre n'est qu'instincts et passions. La paix est intelligence et volonté. Humanité. La paix, c'est ne pas désésespérer de sooi ni des autres. La paix est un acte de foi en l'avenir, un acte de confiance en la nature humaine. 

On fait pas la paix avec ses amis... 

On fait la paix avec ceux que l'on a combattu. Et construire cette paix est peut-être le plus difficile des combats. C'est aussi une superbe aventure humaine, de celles qui élèvent l'âme, qui donnent foi en la capacité de l'homme à se dépasser, qui rendent fier de soi.

Comme cela était prévisible, trois listes restent en présence pour le second tour de ces élections municpales.

On devrait d'ailleurs dire quatre, tant a été nombreux le cortège de ceux qui nont pas voulu ou pas souhaité voter au premier tour. Par conviction. ou parce qu'ils étaient démotivés, écoeurés par tous ces mois et ces années de zizanie senlisienne. Cette quatrième liste de l'ombre veut vraiment la paix. Enfin la paix et la lumière. Son attitude sera déterminante pour faire le résultat du second tour.

Je ne sais qui va l'emporter dimanche prochain. Qui va endosser la lourde responsabilté de gérer la ville pour trois ans et de rendre la sérénité à tous ses habitants. Le résultat sera sans doute plus serré que la mathématique ne pourrait le laisser penser.   

Quelle que soit la liste qui arrivera en tête, j'ai un voeu à lui adresser. Pour ne pas continuer, pour ne pas recommencer cette guerre absurde il faut dès aujourd'hui, et plus encore quand les résultats seront connus, proclamer une volonté d'apaisement concrète, certifiée par des faits.

Au soir du 23 janvier, il y aura 33 élus. Chacun d'entre eux sera dépositaire d'un mandat des senlisiens pour une gestion municipale apaisée.

Comme l'amour, la paix ne se vit que par des actes. Ce voeu que j'exprime est donc que le vainqueur de ce second tour tende immédiatement la main aux élus des deux autres listes et leur propose de gérer dans l'unité le bien commun de la ville.

Voilà qui aurait de la "gueule". Voilà qui ferait du 23 janvier 2011 une soirée mémorable. Et de Senlis une ville dont on parle pour autre chose que des querelles et des "affaires".

Nous en avons soupé de ces jeux stériles majorité - opposition qui se nourrissent de la volonté de détruire l'autre. Et qui conduisent à l'auto destruction de la ville.

Tous ceux qui seront élus dimanche soir, même s'ils sont minoritaires, seront dépositaires de la légitimité du suffrage. Comme ceux qui seront arrivés en tête.

Alors, oui. Le vrai geste du changement, le vrai geste d'apaisement, c'est de proclamer dimanche soir que les senlisiens ont un conseil municipal de 33 membres unis pour gérer leurs intérêts collectifs. 33 membres unis ! Pas un clan contre deux autres.

Et pour aller plus loin, pour montrer vraiment que l'on veut construire une paix solide que le futur Maire propose donc un poste d'adjoint à la liste arrivée en deuxième position et un poste de conseiller municipal délégué à a troisième. Pour qu'il n y ait plus dimanche soir ni gagnants ni perdants, ni vainqueurs ni vaincus, mais des élus du peuple mandatés pour participer dans un esprit constructif à l'éxécutif de la ville, à la place que les électeurs leur auront confiée.

Ah oui, je vois déjà pointer les "certitudes" stériles de quelques vieux barbons (ce n'est pas une question d'âge) qui vont me dire que tout cela c'est de l'utopie, que je n'y connais rien à Senlis... Peut être. Quoi que ... Mais quel signal fort que de donner corps à cette "utopie" pour proclamer aux yeux et aux oreilles de tous que Senlis est revenu, que Senlis a décidé de sortir enfin de la gangue de haine qui la rongeait.

Que Senlis entend bien reprendre son statut de capitale du sud de l'Oise qu'on avait tenté, un peu hâtivement, de lui ravir. 

Posté par dabro à 15:15 - Commentaires [3] - Permalien [#]

16 janvier 2011

PATRIA ELIMINE...

Mise à jour lundi 17

Ce qui était plus que prévisible vient d'arriver. Les électeurs de Senlis viennent d'exclure définitivement Christian Patria de la vie politique senlisienne.

Parce que lui et son entourage ont une méconnaissance totale de la réalité senlisienne, parce qu'il n'a pas voulu écouter les avis désintéressés des amis fidèles, il vient de s'auto-éliminer de la vie publique senlisienne. C'est son deuxième (et dernier..) échec aux élections municipales.

Le même irréalisme a produit les mêmes effets. Une forme d'autisme politique. Ce n'est pas faute de l'avoir dit et redit, ici et ailleurs, sur tous les tons depuis des mois. Pas vrai Martin ? Pas vrai Eric ? Pas vrai Mano ? 

Il y a quand même une morale, même en politique. La trahison, sollicitée ou non, reste méprisable aux yeux des gens honnêtes. Et ce ne sont pas les petits stratèges de diners en ville qui y changeront quoi que ce soit. Et, au delà du reste, beaucoup se réjouiront ce soir de voir que la trahison n'a pas payé.

Judas perd encore et  toujours ! C'était folie de voir du "courage" dans la trahison. La trahison n'est que lâcheté, veulerie, vénalité. S'allier avec la trahison, c'est revêtir ses sinistres atours.

Voici donc les résultats de ce premier tour :

Jean Christophe CANTER : 28,75%

Pascale LOISELEUR : 27,24%

Christian PATRIA : 26,18%

Jean Marie MARIANI : 13, 7 %

Bernard ZANZOURI : 4,08 %

Il est vraisemblable que le 2° tour se jouera en "triangulaire": CANTER - LOISELEUR - MARIANI  Le maintien de la liste Patria, aussi sévèrement désavouée, serait indécent. Tout comme une quelconque "fusion". 

Le résultat dimanche prochain dépendra des éventuels reports et du retour des abstentionnistes. Et peut-être du retrait sans désistement de la liste Mariani. Un beau suspense en pespective pour dimanche prochain !

Une vraie surprise quand même, le faible score de MARIANI...  Lui aussi devrait penser à un repos bien mérité parce qu'il est évident qu'il ne passionne pas beaucoup à Senlis, même à gauche. 

Posté par dabro à 21:52 - Commentaires [3] - Permalien [#]

14 janvier 2011

LA DERNIERE LIGNE DROITE...

Certes, il est de tradition qu'une course se termine par une "dernière ligne droite". P8261626

Tonne_a_lisier

On peut craindre que la course à la Mairie de Senlis fasse mentir cette tradition... La bonde de la vétuste tonne à lisier de la médisance, entrouverte par une liste dès le début de la campagne, semble maintenant vouloir s'ouvrir en un peu plus grand, répandant sur la ville la pestilence d'un flot de mises en causes et de dénonciations d'origine plus ou moins anonyme. On aime l'ananyme dans ce monde là... Mais cela ne présage rien de bon pour la vie commune qu'il faudra bien retrouver après ce scrutin.

Il faut dire que là, on respecte la tradition !

Cette élection anticipée, qui ridiculise "urbi et orbi" le très petit (moralement, s'entend) monde politique senlisien, n'aurait en effet jamais été programmée sans ces dénonciations anonymes, ces témoignages "sous couvert d'anonymat(?) qui ont abouti à gravement mettre en cause et à déstabiliser le Maire élu en 2008.

Mises en examens, contrôle judiciaire, pléthore d'auditions, présomption de culpabilité, trahisons à 30 deniers, campagnes de presse débridées, interprétations tendancieuses, rumeurs destructrices, chuchotis ravageurs, coups tordus en tous genres ... tout concourt à rendre totalement a-morale cette convocation des électeurs. A-morale, c'est à dire en dehors de toute morale. A-morale parce qu'elle n'a pu être rendue possible que par des comportements d'une sournoiserie et d'une veulerie insoutenable, indigne de l'humanité de l'homme.

Cette mise en scène sordide n'honore bien sûr pas la démocratie - ou ce qu'il en reste dans un monde politique qui a pour seule devise "moi d'abord". Elle déconsidère, elle dé-nature aussi ceux qui entendent aujourd'hui en tirer bénéfice.

Cette élection surtout ne résoudra RIEN. Les stigmates de la haine et de la division resteront pour longtemps encore gravés sur les murs de cette ville qui ne demandait qu'à vivre en paix.

Senlis souffrira longtemps encore de ce "péché originel"  qui a consisté à instrumentaliser la justice et les media au profit d'une précipitation dans l'ambition et la vengeance qui n'honore pas l'homme dans ce qu'il a de plus humain, dans ce qui le distingue du règne animal.

Depuis Aristote, à tout le moins, il est pourtant établi que l'être humain se distingue de l'animal par son intelligence et sa volonté, sa capacité à raisonner et à titrer les conséquences de ses raisonnements. C'est ce qui fonde sa dignité. Et pour ceux qui croient, c'est ce qui fait de l'homme l'image même de Dieu.

J'arrête là parce que j'entends déjà cet excellent Martin pester contre mes "leçons de morale" et se demander pourquoi je ne puis pas encore parti en Provence...

Mon cher Martin. Comme la "science sans conscience", la politique sans une adhésion franche à cette morale naturelle qui transcende philosophie et religions, n'est elle aussi que "ruine de l'âme". Et c'est catrastrophique pour chacun d'entre nous. car l'homme n'est pas un animal solitaire. Il ne peut vivre qu'en société. Et quand cette société s'organise en dehors de toute morale, alors, la dignité de chacun est menacée.

Je crois utile ce long rappel avant de dire une fois encore que pour moi ces élections anticipées sont a-morales et que je refuse donc de participer à un tel vote.

Ce n'est pas une abstention. C'est le refus même du principe de cette élection que la raison condamne parce qu'elle est le fruit de ce que les politiciens de tout poil peuvent produire de plus indigne.

Oui l'homme ne peut vivre autrement qu'en société. C'est pourquoi il à la capacité de raisonner et de vouloir pour organiser cette société pour que s'épanouisse la dignité de chacun. Quand les passions l'emportent, seule l'animalité qui est en nous s'exprime. Et cela peut conduire au pire pour la dignité de chacun. L'histoire regorge d'exemples de ce que peuvent produire la haine et toutes les autres passions quand elles prennent le pouvoir au détriment de la raison.

Alors, certainement, je refuse le principe même d'une élection anticipée dont il faut craindre qu'elle ne soit que le fruit d'une vaste embrouille de l'opinion des gens sincères qui habitent cette ville. Organiser la vie politique, c'est vouloir le bien commun. Pas manipuler l'opinion des braves gens pour en tirer un très égoïste profit. 

Mais ces élections auront lieu. Des senlisiens iront, bien sûr, dans les bureaux de vote. Ne serait ce que pour voter blanc et ainsi éviter d'être pourchassés comme "abstentionnistes".

Alors... pour qui voter ?  Qui choisir parmi les cinq compétiteurs et pourquoi ?

Je n'ai pas vocation à dicter aux gens leur attitude. Mon seul propos, comme le firentBernanos, Saint Exupéry et tant d'autres est d'inviter chacun à faire usage de ces facultés d'intelligence et de volonté qui nous distinguent de la bête, qui permettent à Guillaumet de revenir vivant. Et puis, refusant de participer à ce vote, je serais inconséquent de dire telle ou telle préférence.

Je peux toutefois, parce qu'aujourd'hui encore on me l'a maintes fois demandé et qu'il n'est pas dans mes habitudes de me "défiler", faire état de mes prévisions quant aux résultats du premier tour. Elles ne se fondent pas sur mes préférences mais sur l'analyse des stratégies en présence et des opinions exprimées ici où là, dans toutes les couches de la population senlisienne. Elles n'en restent pas moins subjective,  comme toute opinion. 

A ce jour, le classement à l'issue du premier tour me paraît donc devoir être le suivant :

  1. Jean Christophe CANTER
  2. Jean Marie MARIANI
  3. Pascale LOISELEUR
  4. Christian PATRIA
  5. Bernard ZANZOURI

Rendez vous lundi 17 au matin pour faire amende honorable... ou confirmer que rien n'est jamais totalement imprévisible.

Codicille : Senlis n'a vraiment pas de chance... Après la mise en examen de son Maire (et de quelques autres), voilà donc que son Député se voit à son tour mis en cause par la justice. Il est, bien sûr, présumé innocent et ma conviction personnelle est que toutes ces affaires qu'on veut lui coller sur le dos sont pour quelques uns de ses "bons amis" un moyen de se débarrasser d'un rival génant.  Mais vous verrez, comme pour le Maire, il se trouvera de bons esprits pour demander qu'il s'en aille, qu'il démissionne !  Parce que pour certains à Senlis, on est D'ABORD "présumé coupable". Et il faudrait bien cela cesse un jour. 

Posté par dabro à 11:59 - Commentaires [2] - Permalien [#]

10 janvier 2011

L'INCROYABLE RUMEUR D'UN SCENARIO DE SECOND TOUR

Tout droit sortie de quelques "diners en ville" et de cercles plus discrets, la rumeur d'un incroyable scénario de second tour enfle de jour en jour. Ville de rumeurs, Senlis en a vu d'autres... mais celle ci met en scène un superbe "bal des cocus" que certains trouvent déjà trop beau pour être vrai et se réjouissent d'avance de voir la mine des danseurs. .

Selon donc cette rumeur, qui m'est parvenue de plusieurs sources indépendantes, mais qui se disent "bien informées" ( comme le prétendent plus de la moitié des habitants du centre ville, ce qui relativise un peu les choses ! ),le second tour verrait une fusion des listes "Unis pour Senlis" conduite par Christian Patria avec "Senlis Alterntive" de Pascale Loiseleur.

Selon cette rumeur, Pascale Loiseleur fait un très bon score (ce qui est fortement probable, donc crédible)  qui la met en position de force pour négocier une entente de second tour.

Le résultat de cette négociation,dont on dit qu'il est déjà acquis, serait la mise sur la touche des dissidents de la municipalité Canter, ce qui n'est pas vraiment un scoop, mais aussi celle de Christian Patria lui-même ! Le tout pour constituer une liste de second tour emmenée par ... Jérôme BASCHER essentiellement composée des "nouveaux" de la liste Patria et de ceux de liste Loiseleur-Bitar qui trouverait là une gratifiante récompense de sa persévérance !

En fait de bal  des cocus, ce serait là un véritable festival de dix cors !

Enfin, Jean Pierre Théry, éliminé par ceux là même qui vont être éliminés, se sentira moins seul !

Qui a dit qu'il y avait quelque chose de pourri au royaume de Senlis ? ... Un émule de Shakespeare, nest-il pas ?

Parce qu'il faut le faire un tel scénario !   

Posté par dabro à 19:07 - Commentaires [5] - Permalien [#]

09 janvier 2011

ET ILS CONTINUENT !

Décidémment, la triade Patria - Chardot - Bascher a bien décidé de placer cette campagne sous le signe du nauséabond, des coups tordus, du mépris, de la haine et de la destruction de tout ce qui n'est pas EUX.

Sont-ils à ce point aveuglés par la passion que l'intelligence la plus élémentaire des faits et des situations leur échappe ainsi ? Ce serait leur seule excuse. A moins, bien sûr, qu'ils n'étaient été contaminés par les adeptes de la trahison maldisante auxquels ils ont cru habile de s'associer.

Leur dernier "exploit" est de publier sur leur site un échange de courriels entre le Maire de Mont L'Evêque et la liste Senlis Initiatives.

De quel droit s'autorisent-ils cette publication ? Se considèrent-ils donc au dessus des principes moraux les plus élémentaires ? Cela ne relèverait-il pas de la "violation de correspondance privée"...  Qu'en penses tu, toi mon ami fourvoyé qui t'ériges si souvent en parangon intransigeant de de la Loi ? Que la Loi ce n'est bon que pour les autres ?  Pour être crédible quand on invoque sans cesse la Loi, il faut commencer par la respecter soi-même.

Encore une fois, un seul qualificatif honnête pour une méthode malhonnête : DÉGUEULASSE !

Un petit conseil au sympathique Maire de Mont l'Evêque... la situation à Senlis est suffisamment complexe pour que personne ne vienne, de l'extérieur, allumer son propre brulôt. Le microcosme de la politicailleriepoliticaillerie senlisienne se débrouille très bien tout seul.

"Heureux les artisans de paix", Monsieur Houette ! 

Une chose encore..., Pour ce qui me concerne, je n'ai jamais eu "d'ennemis" en politique. Seulement des adversaires à qui je devais le respect. Alors, attention au choix des mots... ils peuvent tuer. 

Au fait... aviez vous autorisé la publication de votre échange de courriels avec une liste sur le blog de la liste concurrente ? Merci de votre réponse...   

Posté par dabro à 08:08 - Commentaires [0] - Permalien [#]

07 janvier 2011

TOURNEZ MANEGE ... LE BAL DES PRETENDANTS - mise à jour au 7 janvier

tournez_manege

Chacune des cinq listes qui vont se présenter à ces élections municipales partielles du 16 janvier va essayer de prouver qu'elle seule est la mieux à même de construire un avenir souriant et donc apaisé pour Senlis.

Lourde tâche. Lourde responsabilité.

Espérons qu'elles sauront le faire avec le sérieux, la dignité et l'honnêteté de gens responsables et que nous seront évitées les insultes, attaques "ad hominem"  et autres vaines polémiques plus ou moins puantes.

Il semble bien que toutes les listes aient choisi cette voie d'une campagne "positive", à l'exception notable de la liste officielle de l'UMP emmenée par le trio Patria - Chardot - Bascher.

Il est vraiment stupéfiant, au sens étymologique du terme, que le suppléant d'Eric WOERTH, lui même présumé innocent de mises en causes potentiellement assez graves... se livre aux mêmes attaques à tendance calomnieuse vis à vis du Maire de Senlis, lui même présumé innocent. Comme Woerth.

Au delà de l'insanité morale de telles pratiques, cela démontre une méconnaisance totale ( et préoccupante pour des gens qui veulent administrer cette ville !)  de la réalité senlisienne. L'immense majorité des habitants de cette ville en a plus qu'assez de ces mises en causes puantes et destructrices qui font fi du travail de la justice. Justice qu'ils ont eux-mêmes, plus ou moins anonymement, saisie ! On y reviendra.

Non, Senlis ce n'est pas le ghetto décalé des malheureux et courageusement anonymes 110 et quelques signataires d'une ridicule pétition...

On attend de toutes les listes qu'elles nous disent ce qu'elles vont faire concrètement demain . Et certainement pas tout le mal qu'elles pensent de leurs concurrents.

Ce qui est en jeu, au travers de cette élection anticipée qui n'aurait jamais dû avoir lieu,  c'est l'honneur de Senlis et son futur développement  face à un pôle Chantily - Gouvieux qui fait ses chous gras de la zizanie entretenue depuis 2008 à Senlis. Il y a encore peu, Senlis avait un député titulaire et une conseillère régionale. Aujourd'hui, le député est à Chantilly, la conseillère régionale à Gouvieux. Pas de quoi être fier... Au fait... les patrons locaux de l'UMP, (dont l'extrême passivité dans un "débat" opposant pourtant des adhérents revendiqués de l'UMP interpelle...) ne seraient-ils pas eux-mêmes des élus municipaux de Chantilly et de Gouvieux ? Etrange... Bitrange, même.

Allez... venons-en à chacune des listes en présence, par ordre alphabétique du nom de leurs capitaines... C'est plus sérieux.

Jean-Christophe CANTER

Les élections anticipées ont été "décidées" par le préfet parce qu'une coalition d'intérêts divergents est devenue majoritaire au sein du conseil municipal. Elu en 2008 et arguant de cette légitimité, Jean Christophe Canter demande logiquement que cette élection soit confirmée. Il a constitué à cet effet une liste avec ceux qui lui sont restés fidèles et quelques autres.

Il est certain que nous n'en serions aujourd'hui pas là si JCC avait su maîtriser sa victoire de 2008 et éviter cette "chasse aux sorcières" qu'il a cru devoir mener (j'en sais quelque chose...), attitude stérile et immature. Il semble volontiers le reconnaïtre aujourd'hui et on lui en donne acte, mais les conséquences demeurent.

Mis en examen à la suite de dénonciations anonymes déshonorantes pour leurs "courageux" auteurs, il est en principe présumé innocent. Mais la présomption d'innocence n'est pas une vertu bien  pratiquée dans ce pays où toute rumeur fait naître le soupçon irrationnel du "il n'y a pas de fumée sans feu".

Eric Woerth en sait maintenant quelque chose et cela devrait l'inciter à la plus grande prudence dans la façon dont il intervient dans la vie senlisienne en sa qualité de "patron" départemental de l'UMP.

Jean Christophe Canter aura beau jeu au cours de cette campagne de pointer du doigt la division bien réelle de ceux qui se sont temporairement coalisés pour le faire tomber à terre. Quatre listes veulent le remplacer. Sans compter ceux qui ne se sont pas présentés, soit parce qu'ils ne l'ont pas voulu, comme Bernard Mouly, soit parce qu'ils ont constaté qu'ils ne représentaient vraiment rien à Senlis comme Théry et Doucède...

Cette situation de "victime" d'une coalition hétéroclite unie par la seule soif de le démolir devrait lui assurer au premier tour d'arriver en tête du scrutin. Ce sera une autre histoire pour un second tour, triangulé ou pas... 

Pascale LOISELEUR

A priori, rien ne prédisposait Pascale Loiseleur et Véronique Pruvost-Bitar à se lancer dans cette aventure de constituer une liste. Elles l'ont fait parce que leur ancien chef de file en 2008, Christian Patria, a préféré s'allier avec un groupe de "dissidents" de la liste Canter  plutôt que de rester fidèle à ceux qui l'avaient accompagné.

Quant à leur "chef de file" durant les deux ans et demi de mandat écoulé, Jérôme Bascher, il semble avoir accepté le marché de dupes de renoncer à conduire la liste des municipales en échange d'une investiture aux élections cantonales. Petite manoeuvre politicienne qui devrait définitivement mettre fin à son espoir de carrière politique parce qu'il sera bien évidemment battu aux cantonales et qu'il aura sabordé son avenir municipal. De la belle ouvrage ! 

Il est tout à fait remarquable que Pascale Loiseleur et Véronique Pruvost Bitar aient pu réunir tant de compétences en si peu de temps pour constituer leur liste. Preuve s'il en est du rejet massif par une majorité de senlisiens de la "stratégie" d'union des haines de Christian Patria.

Il est aujourd'hui certain que cette liste peut faire un bon score, voire arriver devant la liste Patria, ce qui serait justice. Encore faut-il qu'elle sache éviter quelques écueils, comme un excès de revendication de "senlisiannité ancienne" ou un formalisme critique qui n'intéresse que très peu les habitants de cette ville.

Cette liste se présente sous le signe d'une ville apaisée. Pour ne pas décevoir les espoirs qu'elle sucite auprès d'une partie non négligeable de la population, elle doit confirmer cette intention en menant, d'abord,  une campagne apaisée. 

Jean Marie MARIANI

Chacun sait que je suis assez peu socialiste... Mais si je combats certaines idées, parce que je les juges inadaptées au bien de mon  pays, j'essaye de toujours respecter la personne de ceux qui portent ces idées. Cela me donne au moins une bonne raison de respecter Jean-Marie Mariani... mais il y en a aussi bien d'autres liées, notamment, à la cohérence de son comportement.

Il doit bien se marrer, avec ses "camarades", le cher Mariani de voir s'agiter une droite senlisienne aussi stupide pour s'étriper sans vergogne sur la place publique et faire le bonheur des éditeurs de presse locaux !  Cela lui ouvre un boulevard dans une ville habituée à voter à plus de 75% à droite.

Abstention d'écoeurement des électeurs traditionnels de la dite droite aidant, il devrait avec sa liste faire un score remarquable, le plaçant sans doute en deuxième position, ce que le plus optimiste des socialistes n'aurait jamais pu imaginer dans ses rêves les plus fous ... d'autant que le programme qu'il propose n'est pas stupide et qu'il se garde bien, lui, de participer au jeu de massacre.

Il sera en plus candidat aux cantonales de mars. Et là, même à son corps défendant, il a de fortes chances de devenir conseiller général du canton de Senlis profitant de l'inexplicable renoncement de Christian Patria. Il pourra alors envoyer une superbe couronne de fleurs aux stratèges locaux de l'UMP qui n'ont raté aucune des âneries qu'il était potentiellement permis d'accomplir à Senlis !

Christian PATRIA

Comment peut-on ainsi déployer tant de moyens et d'énergie pour prendre une nouvelle mémorable et définitive déculottée ?

J'ai longtemps eu beaucoup d'estime et même d'affection pour Christian Patria. Mais le temps passant, je m'interroge sur sa responsabilité dans la crise qui secoue Senlis. Je crains fort, en particulier, qu'il n'ait assez largement inspiré la dissidence de certains en échanges de promesses qui le contraignent aujourd'hui à se détacher de ceux qui l'ont toujours soutenu.

Dès les élections de 2008, j'avais pensé, malgré ou à cause de cette estime que j'avais pour lui, qu'il nétait pas le meilleur candidat pour conduire la liste municipale. Confronté au cumul des mandats, il avait en effet commis la faute majeure d'avoir choisi de démissionner du poste de premier adjoint que lui avait confié Arthur Dehaine, dans une perspective de succession organisée. J'avais désapprouvé ce choix et Jérôme Bascher doit se souvenir que je l'avais alors (déjà !) encouragé à prendre la tête de la future liste qui serait investie par les partis de droite pour les municipales. Il n'en a rien fait,

Christian Patria a voulu conduire cette liste sans proposer de compromis préalable acceptable à Jean Christophe Canter. Trop sur de lui et certainement très mal conseillé ( comme aujourd'hui...), il n'a pas constitué la meilleure liste possible et n'a pas mené la meilleure campagne de terrain. De façon, hélas, trop prévisible, il a été battu au premier tour et a pris le risque suicidaire de se maintenir au second tour plutôt que de rechercher à nouveau un compromis avec l'autre liste, arrivée devant lui, quitte à devoir lui même s'effacer. La passion l'avait déjà emporté sur la raison...

N'ayant pas souhaité rester simple conseiller municipal "d'opposition", Christian Patria a démissionné dès après l'élection, confiant à Jérôme Bascher le soin  d'animer le groupe issu de sa liste qui avait été élu. On aurait pu penser qu'il lui confiait ainsi les clefs d'une future candidature aux municipales.

Aujourd'hui, les mêmes erreurs vont produire les mêmes effets.

Christian Patria a perdu toute chance de devenir Maire de Senlis quand il a choisi, il y a déjà pas mal de temps, de quitter ses fonctions de Premier Adjoint d'Arthur Dehaine. Le drame, c'est qu'il ne l'a pas compris et qu'il ne veut écouter que les avis, pas toujours très objectifs ni réellement amicaux,  qui le confortent dans cette voie sans issue. Au risque de compromettre l'avenir de ceux qui lui font confiance. Ou, tout simplement, de les abandonner au bord du chemin au gré d'improbables manoeuvres politiciennes qui le font aujourd'hui s'allier avec des gens qui, non seulement ne lui apportent rien parce qu'ils ne représentent rien à Senlis, mais dont la seule présence va lui faire perdre sa crédibilité et un maximum de suffrages parce que cette présence est immorale et jugée comme telle.

Aveuglé par sa passion anti cantérienne et l'illusion de stratégies politiciennes relevant des "coups tordus", il conduit une liste présentée comme "fédérant des énergies positives" (sic!). Mais elle n'est que "l'union de toutes les haines" et de toutes les frustrations au sein de laquelle se sont égarés quelques braves gens qui vont très vite comprendre à quel point ils se sont fourvoyés.

Christian Patria a voulu bâtir une stratégie sur des trahisons qu'il a peut-être sollicitées. Erreur fatale. Bâtir sur la trahison, c'est bâtir sur des sables mouvants et s'exposer certainement à être trahi à son tour. La fin ne justifie pas l'emploi de n'importe quel moyen. Surtout quand l'enjeu est l'honneur d'une ville et de ses habitants.

Cette nouvelle liste Patria sera donc très probablement sévèrement battue.

Elle est en quelque sorte "programmée" pour cette défaite. Et cela m'attriste un peu car, si sa stratégie est détestable et ses alliances immorales, je reste persuadé que Christian Patria aurait pu faire un bon Maire de Senlis. Mais cela relève aujourd'hui des illusions passées et de ces déceptions que nous réserve souvent la vie quand la passion se substitue à la raison. Dommage. 

Bernard ZANZOURI

Bernard Zanzouri est l'un des rares élus qui a tenté d'éviter le désastre qui conduit à ces élections anticipées en proposant des solutions de compromis pour terminer dignement le mandat municipal. La violence des passions des uns et des autres a eu raison de sa volonté de conciliation et il a fini par se résoudre à participer, lui aussi, à ces nouvelles élections.

Sa forte implantation dans les quartiers liée aux actions qu'il y a mené en tant qu'adjoint au maire, un charisme personnel certain, lui ont permis de constituer dans l'urgence une liste qu'il a fort opportunément décidé de conduire lui-même.

Cette liste est sans doute la grande inconnue de ces élections. Elle se place en position d'outsider "placé" d'autant plus crédible qu'elle saura rester force de proposition constructive et qu'elle évitera l'écueil des polémiques.

Son bon score probable lui commande de bien préparer dès à présent sa stratégie de second tour...

Ceux qui ne "partent" pas...

Bernard MOULY a été le premier à se retirer du Conseil Municipal quand il a constaté que ses efforts de conciliation dans l'intérêt de Senlis se heurtaient au mur des haines et des passions. Il a choisi la dignité et s'est installé dans une attitude d'observateur et de commentateur pertinent au travers de son blog (qui est référencé ici sur la colonne de droite, tant je partage l'essentiel de ses analyses).

Il va se lancer en mars  dans l'aventure des cantonales. Un challenge difficile. Mais il ne manque ni de courage ni de détermination.

Marc DOUCEDE et Jean Pierre THERY, les deux ex-premiers adjoints de JCC, ont fait l'amère expérience de leur totale absence de représentativité à Senlis. Voulant jouer les fédérateurs, ils se sont retrouvés nus et seuls à la réunion qu'ils avaient "convoqué" avec tambours et trompettes.

Cette petite cure de modestie et de réalisme devrait leur faire le plus grand bien... ce dont leurs proches se réjouiront sans nul doute ! A toute chose, malheur est bon. 

A bientôt pour des analyses plus "ciblées", notamment quant à la genèse de cette situation... 

Posté par dabro à 06:39 - Commentaires [5] - Permalien [#]

05 janvier 2011

FINALEMENT, ILS AIMENT SE VAUTRER DANS LA BOUE...

Ainsi donc, ils ont osé ! (cela me rappelle une célèbre réplique d'Audiard "...[ils] osent tout, c'est même à cela qu'on les reconnaït ! " )

trois_petits_cochons

Au mépris de toute décence, la liste Patria - Chardot - Bascher a décidé de distribuer ce tract DEGUEULASSE que j'évoquais il y a 3 jours en des termes que je confirme.

Au lieu d'apaiser, ce que l'on pouvait attendre de tout candidat responsable, surtout quand il est investi par un grand parti et qu'il a été député, ils ont choisi d'attiser la guerre, de réclame toujours plus du sang et des larmes.

C'est une mauvaise action. Moralement ignoble, intellectuellement nulle. Indigne de qui veut conduire les destinées de notre ville. 

Voilà donc ce que j'écrivais il y a trois jours... faisant appel, finalement en vain, à l'honneur et à la raison.

Je viens de prendre connaissance d'un tract qui va être diffusé par l'une des listes. Un seul qualificatif convient à ce genre de méthodes : DEGUEULASSE !

Mes amis qui êtes sur cette liste, de grâce, dites publiquement, criez que vous n'êtes pas d'accord avec des méthodes aussi minables et puantes. Ne perdez pas votre âme pour un pouvoir illusoire et une défaite annoncée dans ces bas fonds de la conscience dévoyée. Il y a des limites que l'on ne doit pas dépasser sans se détruire soi même.

Ceux qui sont capables d'éditer et de diffuser ce genre de tracts ne sont évidemment pas dignes d'administrer la ville. Ils la déshonorent. Ils seront battus, définitivement renvoyés chez eux.  Décidemment, la veulerie de la trahison a été contagieuse et elle gangrène maintenant les plus honnêtes, ceux qui se sont égarés au sein d'un groupe dont le seul ciment de cohésion reste la haine. Que faîtes vous donc avec cette infection !

Il n'est pas trop tard pour dire assez, ça suffit !   L'honneur est de savoir dire non quand les limites de la décence sont franchies. Avec ce tract, s'il est diffusé, elles le seront largement.

Qui aura le courage de l'honneur ? 

Posté par dabro à 21:51 - Commentaires [1] - Permalien [#]

02 janvier 2011

FIN DE LA TREVE DE NOËL...

Durant les quinze jours à venir, 5 listes vont être en concurrence pour gérer la ville de Senlis. 

Cinq listes ! 

Témoignage concret de ce cruel esprit de division qui s'est emparé de Senlis. Le "tous unis contre Canter" qui déploie ses "fastes depuis plus d'un an n'a pas résisté bien longtemps au "pousse toi de là que je m'y mette".

C'est bien triste. D'autant plus triste que ces élections anticipées procèdent d'un principe de haine poussée à son paroxysme. Haine aveugle qui massacre sans pitié tout ce qui touche de près ou de loin la cible désignée, qui préjuge des intentions des uns et des autres, qui renie jusqu'à ses amitiés les plus fidèles.

On ne fonde pas l'avenir d'une ville sur la coalition des haines et le rejet de qui déplaît.

De ce point de vue, ces élections anticipées, qui n'auraient jamais dû avoir lieu si deux sous de raison et de sens du bien commun avaient animé les principaux protagonistes de la tragédie que subit cette pauvre ville,  ces élections sont amorales.

Elles sont le fruit des penchants les plus contestables et les moins glorieux de la nature humaine. Elles sont une honte pour ceux qui les ont voulues et programmées. 

Rien ne pourra vraiment en sortir de bon  si ce ne sont d'autres haines, d'autres divisions, d'autres dénonciations. La délation généralisée comme méthode d'accès au pouvoir est une plaie. Et Senlis restera hélas abonnée pour longtemps encore aux délices médiocres de la zizanie organisée.

A demain pour une analyse de chacune des listes en présence et un essai de prévision de leur impact réel... Et dans quelques jours, avec tous les éléments recueillis depuis 2007, une tentative d'explication factuelle du comment on a pu en arriver là.

Post scriptum :

Je viens de prendre connaissance d'un tract qui va être diffusé par l'une des listes. Un seul qualificatif convient à ce genre de méthodes : DEGUEULASSE !

Mes amis qui êtes sur cette liste, de grâce, dites publiquement, criez que vous n'êtes pas d'accord avec des méthodes aussi minables et puantes. Ne perdez pas votre âme pour un pouvoir illusoire et une défaite annoncée dans ces bas fonds de la conscience dévoyée. Il y a des limites que l'on ne doit pas dépasser sans se détruire soi même.

Ceux qui sont capables d'éditer et de diffuser ce genre de tracts ne sont évidemment pas dignes d'administrer la ville. Ils la déshonorent. Ils seront battus, définitivement renvoyés chez eux.  Décidemment, la veulerie de la trahison a été contagieuse et elle gangrène maintenant les plus honnêtes, ceux qui se sont égarés au sein d'un groupe dont le seul ciment de cohésion reste la haine. Que faîtes vous donc avec cette infection !

Il n'est pas trop tard pour dire assez, ça suffit !   L'honneur est de savoir dire non quand les limites de la décence sont franchies. Avec ce tract, s'il est diffusé, elles le seront largement.

Qui aura le courage de l'honneur ? 

Posté par dabro à 21:33 - Commentaires [0] - Permalien [#]

01 janvier 2011

UN NOUVEL HORIZON

... celui de la montagne Sainte Victoire qui domine de sa majesté la belle ville d'Aix en Provence. (cliquez sur l'image ci-dessous pour l'agrandir...)

Voeux_2011_2_jc_BLOG

Et oui...

Après 10 années passées à Senlis, le Coyote s'en va rejoindre, d'ici au 15 janvier, les cigales provençales, tout près de cette Méditerranée qui lui est chère, à l'ombre de celle montagne Sainte Victoire qui devint son nouvel horizon quand sa famille dût quitter l'ancienne terre française d'Algérie où elle a connu le bonheur mais aussi le drame de la disparition d'un père, enterré on se sait où dans la montagne de Kabylie, et le déchirement d'un exode imposé.

A tous les habitants de Senlis, connus ou inconnus, qui ont apprécié ou détesté ce blog, je souhaite de vivre en 2011 dans une ville qui aura retrouvé la paix. 

Mais, en ce tout début d'année, les nuages noirs des passions incontrôlées semblent toujours prêts à déverser leurs  torrents de cette haine qui déshumanise, déshonore et détruit.

Gardons malgré tout l'espoir. Parce que la fatalité du désastre n'existe pas quand se lèvent avec courage et détermination pérenne les femmes et les hommes de bonne volonté.

Posté par dabro à 20:22 - Commentaires [0] - Permalien [#]

30 décembre 2010

ET SENLIS ? LA BATAILLE VA BIENTÔT S'ENGAGER...

Dieu merci, elle sera brève ! Les élections ont lieu dans deux semaines.

Comme prévu, 5 listes sont en présence :

Jean Christophe Canter,  BLOG : http://www.aimersenlis.fr/

Pascale Loiseleur, BLOG : http://senlisalternative.blogspot.com/

Jean-Marie Mariani, BLOG :  http://www.senlisautrement.com/

Christian Patria, BLOG : http://www.unispoursenlis.fr/

Bernard Zanzouri, BLOG : http://agiretservirsenlis.e-monsite.com/

Premiers commentaires et analyses du Coyote le 3 janvier au matin...

Posté par dabro à 07:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]

COUP DE GUEULE !

Arrêtons de prendre les africains pour des bougnoules !

« La communauté internationale » (qui c’est ça ? Une nouvelle société « anonyme », un clone de Big Brother ? ) menace la Côte d’Ivoire des foudres d’une guerre si le Président actuel ne quitte pas illico le pouvoir.

Je ne sais pas comment se sont passées les élections en Côte d’Ivoire, ni qui a gagné ou perdu. C’est, avant tout le problème des ivoiriens, pas celui d’une entité pseudo moralisatrice qui, pour se planquer derrière une appellation anonyme, n’en est pas moins menaçante.

Et puis, la France, l’Europe, sont-elles vraiment bien placées pour donner des leçons de démocratie aux ivoiriens ? A-t-on à ce point perdu la mémoire d’événements récents ?

Rappelons-nous : il y a quelques années, le peuple français et le peuple hollandais votaient non à la constitution européenne. C’était des votes on ne peut plus démocratiques. Vérifiés, estampillés.

Et bien, la « communauté des biens pensants » a décidé que c’étaient de mauvais votes !

Et, passez muscade, on a imposé à un peuple jugé « irresponsable » un projet similaire sous le nom de « Traité de Lisbonne ». Mais, cette fois, on a évité de donner la parole au référendum… Des fois que ce peuple rebelle dise encore une fois non à son « avant-garde éclairée ».

C’est donc ça la démocratie que vous voulez donner en exemple aux ivoiriens ?  De qui se moque-t-on ?

Et quand les irlandais ont voté non au dit traité de Lisbonne, on leur a dit qu’ils avaient tort et qu’ils revoteraient tant qu’ils n’auraient pas dit oui … Ah, mais !

Et c’est ça votre modèle de démocratie ?

Il faudrait que nos « élites » mondialisées et déconnectées du réel, animées d’une idéologie destructrice des cultures et des civilisations, commencent par balayer gentiment devant leur porte.

Et qu’elles cessent de prendre les africains pour des bougnoules incapables à qui il faut tenir la main et maintenir sous tutelle.

Il y a peu, de "doctes" experts de la "communauté internationale" expliquaient doctement que pour "sauver la panète" et pour éviter d'aggraver le fameux "réchauffement climatique", ce prétexte dogmatique à toutes les contraintes et privations de libertés, il fallait empêcher l'Afrique de se développer ! Attali dans le texte ! 

Les africains ont une culture, souvent très différente de la nôtre. Elle mérite le respect, au moins autant que ce qui reste de la nôtre.   

Dans cette culture africaine, la « palabre », cette coutume ancestrale du dialogue et de la négociation, joue un rôle essentiel dans la résolution des petits comme des grands conflits. Pendant qu’on palabre, on ne s’entretue pas. Cela vaut mieux que la guerre qu’on leur promet, toutes affaires cessantes !

Plutôt que de les inciter bien concrètement à la guerre civile (pour "sauver la planète" ?), laissons donc les ivoiriens palabrer entre eux, le temps qu’il faudra, et autant qu’ils voudront sans nous mêler de ce qui ne nous regarde pas, sans leur dicter ce que nos mœurs politiques décadentes voudraient qu’ils fassent, sans cette précipitation qui nous pollue l’existence d’occidentaux insatiables et qui n’est pas dans la culture de ce continent.

En Afrique on a TOUJOURS le temps. On devrait parfois s’inspirer de cette sagesse ancestrale. Parce que nos « démocraties » à géométrie variable qui ont accompagné, toléré et tolèrent encore tant de massacres et d’injustices au nom du Dieu fric sont tout, sauf des exemples à suivre aveuglément !

Et si demain, ce qu’à Dieu ne plaise, il y avait un bain de sang en Côte d’Ivoire, les responsabilités ne seraient pas à rechercher en Afrique mais bien chez nos donneurs de leçons dont l’idéologie mondialisante méprise profondément les personnes et les peuples. Pourvu qu'ils aient le pouvoir... 

Posté par dabro à 06:46 - Commentaires [1] - Permalien [#]

28 décembre 2010

MEME EN EUROPE, LES CHRETIENS SONT LA PREMIERE CIBLE DE L'INTOLERANCE

En parcourant la presse...cet article paru dans France Soir le 27 décembre sous la signature du sociologue Alexandre del Valle. 

"Les événements de Noël nous rappellent que la religion chrétienne est celle qui subit le plus de persécutions dans le monde, et pas seulement en pays islamique.

Ainsi, d’après un rapport de la Commission sur la liberté religieuse de l’Alliance évangélique allemande, 55.000 chrétiens sont tués chaque année juste parce qu’ils sont chrétiens. carte_des_pers_cutions

Selon l’index mondial des persécutions publié par l’ONG Portes ouvertes, les chrétiens sont également persécutés dans les derniers Etats communistes ou ex-communistes comme le Vietnam, le Turkmenistan, l’Ouzbékistan, Cuba, la Corée du Nord et la Chine (où 3.000 chrétiens ont été tués depuis l’année 2000 selon l’Association internationale pour les droits de l’homme).

Parmi les plus grands persécuteurs de chrétiens, figurent l’Indonésie, l’Iran, le Pakistan, la Somalie, les Maldives, le Bouthan, la Birmanie, et même l’Inde, où ils sont les cibles d’extrémistes hindous, ce qui tempère l’image d’Epinal de l’Inde et de l’hindouisme « tolérants ».

La morale de cette fin d’année est que l’Europe, en n’assumant plus ses racines judéo-chrétiennes et ne réagissant pas, est objectivement complice de cette nouvelle christianophobie planétaire, ce qu’a dit à demi-mot Benoît XVI, premier pape moderne qui ose parler de « réciprocité » en matière de liberté de culte.

C’est d’ailleurs une simple question de bon sens et de justice, sachant que des pays comme l’Arabie saoudite financent des centres islamiques en Europe alors qu’ils interdisent tout culte chrétien et non musulman chez eux…"

Alexandre Del Valle pour France Soir le 27 décembre 2010

A propos de l'attitude de l'Europe et de ses institutions...

Cette incroyable discrimination ( qui en dit long sur l'offensive en cours...) que vient de dénoncer Christine BOUTIN dans une lettre à José Manuel BARROSO et à quelques autres.

On attend la réaction du gouvernement français.

"Monsieur le Président,

Comme vous le savez, la Commission européenne a produit plus de trois millions d’exemplaires d’un agenda aux couleurs de l’Union européenne pour les écoles secondaires. Cet agenda comprend la mention des fêtes juives, hindoues, sikhs et musulmanes, mais aucune fête chrétienne n’y est signalée. Même la page du 25 décembre est vide…

Comment une telle discrimination est-elle possible ?

Comment peut-on involontairement omettre de mentionner la fête de Noël, célébrée à travers toute l’Europe par de nombreuses personnes, même non-chrétiennes ?

Au nom de la vérité, au nom de la reconnaissance de ce qui a été et de ce qui est, je ne peux l’accepter. Le rôle de la religion chrétienne dans la formation de l’Europe est un fait historique indéniable, et il est aberrant qu’un agenda réalisé par la Commission européenne ne la mentionne d’aucune façon.

Comment est-il possible d’affirmer que cet agenda constitue une « mine d’informations sur l’Union Européenne », en ôtant toute référence au christianisme ? Comment prétendre instruire des jeunes sur l’Union européenne en niant une religion qui a tant contribué à sa construction et à son unité ?Je ne peux l’accepter, au nom des millions de chrétiens persécutés et tués à travers le monde en raison de leur foi. Comment l’Europe peut-elle faire preuve d’une ignorance totale vis-à-vis d’une religion au nom de laquelle ils souffrent et meurent, vis-à-vis de fêtes qu’ils ne peuvent célébrer qu’au péril de leur vie ?

L’Europe doit prendre conscience de ses propres racines chrétiennes et du rôle public de la religion : il ne s’agit pas de nier les exigences d’une juste et saine laïcité, mais de ne pas la confondre avec un laïcisme idéologique. »

En espérant votre soutien en faveur d’une Europe qui promeuve le dialogue entre les religions, et qui valorise le rôle et l’apport de chacune dans la construction d’une société de paix, de prospérité et de tolérance.CB2black

Christine BOUTIN Ancien Ministre"

Vouloir ainsi rayer de l'histoire les convictions de toute une partie de la population de l'Europe...tout cela est bien inquiétant pour la santé de la démocratie, non ?

En tous cas, cela ne sent vraiment pas bon !

Posté par dabro à 16:23 - Commentaires [0] - Permalien [#]

24 décembre 2010

JOYEUX NOEL A TOUS

Que la paix de Noël nous incite à l'indulgence et au pardon...

4525_creche_trouhaut

... Qu'elle chasse loin de nous la haine, l'esprit de vengeance et le mépris. Qu'elle emplisse nos coeurs de joie et d'espérance.

Pour que demain, notre ville soit enfin apaisée

Extraits de l’homélie du Pape Benoit XVI au cours la messe de la nuit de Noël le 24 décembre 2010 à Rome.

« Ce petit enfant a allumé parmi les hommes la lumière de la bonté et leur a donné la force de résister à la tyrannie du pouvoir. En chaque génération il construit son royaume de l’intérieur, à partir du cœur. Mais il est vrai aussi que “le bâton du tortionnaire” n’a pas été brisé. Aujourd’hui aussi marchent, bruyantes, les chaussures des soldats et toujours encore et toujours de nouveau il y a le “manteau couvert de sang“ (Is 9, 3s). Ainsi la joie pour la proximité de Dieu fait partie de cette nuit. (…) Cette joie, toutefois, est aussi une prière: Seigneur, réalise totalement ta promesse. Brise les bâtons des tortionnaires. Brûle les chaussures bruyantes. Fais que finisse le temps des manteaux couverts de sang. Réalise la promesse: “La paix sera sans fin” (Is 9, 6).

La Crèche interdite...

Voici la photographie la la crèche qu'un apôtre de la tolérance laïciste a voulu faire interdire sur la place d'un village de l'Oise. Sans liberté de conscience, sans la liberté de pratiquer, sans avoir à se cacher, la religion de son choix, il n'est point du tout de liberté...Trois points à la ligne !

39020creche20noel20sant

Posté par dabro à 16:50 - Commentaires [0] - Permalien [#]

19 décembre 2010

TREVE DE NOËL

Dans moins d'une semaine, c'est Noël. 

Deux mille dixième fête de la naissance de Jésus le Christ, Fils de Dieu qui se fait tout petit enfant démuni pour sauver l'humanité de la mort éternelle.

nativite_costa"Paix sur la terre aux hommes de bonne volonté" 

Puisse cet appel être entendu AUSSI à Senlis par tous ceux qui se déchirent pour un pouvoir bien illusoire.

Puissent-ils comprendre en contemplant ce petit enfant fragile qui naït dans une étable combien leurs querelles sont vaines.

Combien, aussi, ces querelles indignes indisposent une grande majorité d'habitants de Senlis qui ne peuvent plus supporter leur théatre tonitruant de Grands Guignols déchainés. Qui ne peuvent plus les supporter.

A défaut de rentrer chez eux et d'attendre que les passions s'apaisent, comme le voudrait la raison – mais, Pilates modernes, ils nous diront " qu'est ce que la raison..." - à défaut donc de comprendre que l'intérêt de la ville comme le leur propre est de se retirer, qu'au moins ils nous fassent la grâce de nous offrir le cadeau d'honorer cette tradition millénaire, la trève de Noël.

Que le silence revienne pendant quelques jours pour contempler la Paix qui s'incarne. Plus de tracts, plus de lettres anonymes, plus d'articles vengeurs dans la presse, plus de regards hargneux, plus d'insinuations qui tuent.

La Paix. La tranquillité d'un ordre enfin retrouvé, pour quelques jours au moins. NativiteJesusCristBebe_01

Allez, vous aurez bien assez des 15 premiers jours de janvier pour vous étriper !

Aujourd'hui, écoutez, dans le silence de vos coeurs, le doux murmure de la Paix de Noël. Ecoutez...

Posté par dabro à 10:07 - Commentaires [0] - Permalien [#]