Certes, il est de tradition qu'une course se termine par une "dernière ligne droite". P8261626

Tonne_a_lisier

On peut craindre que la course à la Mairie de Senlis fasse mentir cette tradition... La bonde de la vétuste tonne à lisier de la médisance, entrouverte par une liste dès le début de la campagne, semble maintenant vouloir s'ouvrir en un peu plus grand, répandant sur la ville la pestilence d'un flot de mises en causes et de dénonciations d'origine plus ou moins anonyme. On aime l'ananyme dans ce monde là... Mais cela ne présage rien de bon pour la vie commune qu'il faudra bien retrouver après ce scrutin.

Il faut dire que là, on respecte la tradition !

Cette élection anticipée, qui ridiculise "urbi et orbi" le très petit (moralement, s'entend) monde politique senlisien, n'aurait en effet jamais été programmée sans ces dénonciations anonymes, ces témoignages "sous couvert d'anonymat(?) qui ont abouti à gravement mettre en cause et à déstabiliser le Maire élu en 2008.

Mises en examens, contrôle judiciaire, pléthore d'auditions, présomption de culpabilité, trahisons à 30 deniers, campagnes de presse débridées, interprétations tendancieuses, rumeurs destructrices, chuchotis ravageurs, coups tordus en tous genres ... tout concourt à rendre totalement a-morale cette convocation des électeurs. A-morale, c'est à dire en dehors de toute morale. A-morale parce qu'elle n'a pu être rendue possible que par des comportements d'une sournoiserie et d'une veulerie insoutenable, indigne de l'humanité de l'homme.

Cette mise en scène sordide n'honore bien sûr pas la démocratie - ou ce qu'il en reste dans un monde politique qui a pour seule devise "moi d'abord". Elle déconsidère, elle dé-nature aussi ceux qui entendent aujourd'hui en tirer bénéfice.

Cette élection surtout ne résoudra RIEN. Les stigmates de la haine et de la division resteront pour longtemps encore gravés sur les murs de cette ville qui ne demandait qu'à vivre en paix.

Senlis souffrira longtemps encore de ce "péché originel"  qui a consisté à instrumentaliser la justice et les media au profit d'une précipitation dans l'ambition et la vengeance qui n'honore pas l'homme dans ce qu'il a de plus humain, dans ce qui le distingue du règne animal.

Depuis Aristote, à tout le moins, il est pourtant établi que l'être humain se distingue de l'animal par son intelligence et sa volonté, sa capacité à raisonner et à titrer les conséquences de ses raisonnements. C'est ce qui fonde sa dignité. Et pour ceux qui croient, c'est ce qui fait de l'homme l'image même de Dieu.

J'arrête là parce que j'entends déjà cet excellent Martin pester contre mes "leçons de morale" et se demander pourquoi je ne puis pas encore parti en Provence...

Mon cher Martin. Comme la "science sans conscience", la politique sans une adhésion franche à cette morale naturelle qui transcende philosophie et religions, n'est elle aussi que "ruine de l'âme". Et c'est catrastrophique pour chacun d'entre nous. car l'homme n'est pas un animal solitaire. Il ne peut vivre qu'en société. Et quand cette société s'organise en dehors de toute morale, alors, la dignité de chacun est menacée.

Je crois utile ce long rappel avant de dire une fois encore que pour moi ces élections anticipées sont a-morales et que je refuse donc de participer à un tel vote.

Ce n'est pas une abstention. C'est le refus même du principe de cette élection que la raison condamne parce qu'elle est le fruit de ce que les politiciens de tout poil peuvent produire de plus indigne.

Oui l'homme ne peut vivre autrement qu'en société. C'est pourquoi il à la capacité de raisonner et de vouloir pour organiser cette société pour que s'épanouisse la dignité de chacun. Quand les passions l'emportent, seule l'animalité qui est en nous s'exprime. Et cela peut conduire au pire pour la dignité de chacun. L'histoire regorge d'exemples de ce que peuvent produire la haine et toutes les autres passions quand elles prennent le pouvoir au détriment de la raison.

Alors, certainement, je refuse le principe même d'une élection anticipée dont il faut craindre qu'elle ne soit que le fruit d'une vaste embrouille de l'opinion des gens sincères qui habitent cette ville. Organiser la vie politique, c'est vouloir le bien commun. Pas manipuler l'opinion des braves gens pour en tirer un très égoïste profit. 

Mais ces élections auront lieu. Des senlisiens iront, bien sûr, dans les bureaux de vote. Ne serait ce que pour voter blanc et ainsi éviter d'être pourchassés comme "abstentionnistes".

Alors... pour qui voter ?  Qui choisir parmi les cinq compétiteurs et pourquoi ?

Je n'ai pas vocation à dicter aux gens leur attitude. Mon seul propos, comme le firentBernanos, Saint Exupéry et tant d'autres est d'inviter chacun à faire usage de ces facultés d'intelligence et de volonté qui nous distinguent de la bête, qui permettent à Guillaumet de revenir vivant. Et puis, refusant de participer à ce vote, je serais inconséquent de dire telle ou telle préférence.

Je peux toutefois, parce qu'aujourd'hui encore on me l'a maintes fois demandé et qu'il n'est pas dans mes habitudes de me "défiler", faire état de mes prévisions quant aux résultats du premier tour. Elles ne se fondent pas sur mes préférences mais sur l'analyse des stratégies en présence et des opinions exprimées ici où là, dans toutes les couches de la population senlisienne. Elles n'en restent pas moins subjective,  comme toute opinion. 

A ce jour, le classement à l'issue du premier tour me paraît donc devoir être le suivant :

  1. Jean Christophe CANTER
  2. Jean Marie MARIANI
  3. Pascale LOISELEUR
  4. Christian PATRIA
  5. Bernard ZANZOURI

Rendez vous lundi 17 au matin pour faire amende honorable... ou confirmer que rien n'est jamais totalement imprévisible.

Codicille : Senlis n'a vraiment pas de chance... Après la mise en examen de son Maire (et de quelques autres), voilà donc que son Député se voit à son tour mis en cause par la justice. Il est, bien sûr, présumé innocent et ma conviction personnelle est que toutes ces affaires qu'on veut lui coller sur le dos sont pour quelques uns de ses "bons amis" un moyen de se débarrasser d'un rival génant.  Mais vous verrez, comme pour le Maire, il se trouvera de bons esprits pour demander qu'il s'en aille, qu'il démissionne !  Parce que pour certains à Senlis, on est D'ABORD "présumé coupable". Et il faudrait bien cela cesse un jour.