Mise à jour 24 janvier 12 H

La logique mathématique des résultats du premier tour a prévalu.

Une_femme_a_la_tete_de_la_cite_royale_mediumLa liste menée par Pascale LOISELEUR a obtenu 55% des suffrages exprimés et se trouve ainsi largement élue devant celle de Jean Christophe CANTER - 34% - et celle de Jean Marie MARIANI, 11 %.

Souhaitons qu'elle sache maîtriser cette très large victoire et prendre dès demain les décisions d'apaisement que les senlisiens attendent. Il s'agit en effet d'une victoire relative, la moitié des inscrits n'ayant pas participé au vote, ce qui traduit la persistance d'un malaise fort dans la ville. Il va donc être important pour les nouveaux élus de montrer dès demain, par des gestes forts et concrets, leur volonté d'apaisement et de réconciliation, dé réunification.

Plus personne ne doit se sentir exclu.

Cette victoire, traduit en effet une forte aspiration des habitants de Senlis à un renouveau paisible de la vie politique locale. Cet espoir ne doit pas être déçu.

Elle aussi est aussi celle du courage et de l'audace qui ont conduit Pascale Loiseleur et Véronique Bitar a dire non, avant le premier tour et après le premier tour, à une certaine forme de compromission politicienne qu'incarnait la liste Patria - Chardot - Bascher et ses alliances contre nature. 

Vient maintenant le temps d'affronter les dures réalités de la gestion quotidienne d'une ville. Ce n'est pas une mince affaire. Il y faudra encore du courage et de l'audace mais aussi de la patience, de la persévérance et un formidable esprit d'ouverture.

En souhaitant "bon vent " à la nouvelle municipalité, le Coyote veut aussi avoir une pensée pour Jean Christophe CANTER qui doit se sentir bien seul ce soir face aux conséquences des erreurs et maladresses de son début de mandat qui l'ont conduit à  devoir affronter à nouveau le verdict du suffrage.

La dignité voudrait que l'on fasse, pour une fois, mentir l'adage du "vae victis", ce qui ne semble pas avoir été tout à fait le cas à l'annonce des résultats.

La décence veut en tous cas qu'on laisse aujourd'hui la justice, puisqu'elle a été saisie, faire sereinement son oeuvre et dire le droit. Il faut pour cela que cessent les rumeurs, mises en causes et autres dénonciations. La présomption d'innocence est l'honneur du droit de notre pays.  Elle protège chacun d'entre nous. L'oublier serait ouvrir la porte à toutes les aventures.

Nota : La photographie est "empruntée" au Courrier Picard que nous remercions pour son indulgence...